bricoleur du dimanche

Comment reconnaitre un bricoleur du dimanche ?

Comment reconnaître un bricoleur du dimanche ? Tout le monde peut prétendre avoir l’âme d’un bricoleur. Fort malheureusement, cette qualité est loin d’être un don. Effectivement, le dépannage et la réparation réclament de l’expérience et plusieurs années de pratique. Comment distinguer un débrouillard d’un bricoleur du dimanche ? Ci-après 5 principaux signes qui ne trompent pas.

1. Il consacre plus d’une demi-journée à opérer un montage d’une demi-heure

Après l’acquisition d’un nouveau mobilier de rangement prêt à assembler, le bricoleur du dimanche s’impatiente à tout monter. Souvent, il ne prend pas le soin de consulter la notice d’installation et se heurte à des obstacles dès la première étape. Tentant obstinément de résoudre le problème à sa guise, il parvient tant bien que mal à le résoudre. Le tout au bout d’une journée et sans presque aucune garantie.

2. Il préfère rester dans le noir plutôt que d’appeler un spécialiste pour remplacer une ampoule

Un mauvais bricoleur est toujours convaincu d’avoir toutes les solutions en main, quel que soit le type de panne. En cas de brûlure d’ampoules, il préfère s’équiper de lampes (souvent incompatibles avec les douilles existantes) et les installer ultérieurement. Le tout, en étant persuadé qu’il maîtrise la situation et qu’aucune aide extérieure n’est nécessaire.

3. Il a tendance à se perdre facilement dans les rayons de magasins de bricolage

Le bricoleur du dimanche prétend connaître comme sa poche les rayons de magasins dédiés. En réalité, il revient souvent l’esprit plein de bonnes idées, mais avec les outils inadéquats. Des instruments qui ne lui serviront presque qu’occasionnellement, voire jamais.

4. Il n’est pas capable de remonter une installation qu’il vient de démonter

Un bon bricoleur commence toujours par visualiser et par mémoriser le schéma d’installation d’un dispositif ou d’un système avant de le démonter. Le tout en prenant soin de bien classer et d’ordonner les composants, ce qui n’est pas le cas d’un néophyte. Pensant avoir tout compris du premier abord, il se lance dans une tentative hasardeuse. Après avoir tout démonté et persuadé d’avoir tout réparé, il n’a pas le courage de demander un coup de pouce pour pallier son échec de remontage.

5. Il planifie toujours plus de travaux qu’il n’exécute

Le bricoleur du dimanche est parfaitement doué pour planifier les travaux. Il préfère consacrer du temps à concevoir des plans, souvent peu réalistes, et ne tient presque jamais compte des recommandations suggérées par les professionnels. Dans la majorité des cas, il n’envisage le recours à un spécialiste qu’après d’innombrables tentatives de dépannage vaines qui vont lui coûter d’importantes factures.

Le bricolage obéit à tout un art et sa pratique réclame des bases solides dans tous les domaines techniques. Quelqu’un qui ne s’est jamais servi d’un marteau ou d’une perceuse dans sa vie peut devenir bricoleur à condition de suivre des formations. Cette opération en soi n’est pas nécessairement difficile à mettre en œuvre, mais demande beaucoup de précautions selon les travaux. Dans tous les cas de figure, l’apprentissage et la pratique constituent les deux façons les plus sûres d’atteindre l’excellence dans le domaine du bricolage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *